Print Friendly, PDF & Email

   IMMOBILISATION PLATREE    

Le but d’un plâtre est d’immobiliser une région du corps qui a subi un traumatisme, dans une position stable, confortable et fonctionnelle, jusqu’à la guérison des lésions.

A QUOI SERT UN PLATRE ?

  • Un plâtre ne vous sera jamais appliqué à la même peau (risques de brûlures).
  • On applique d’abord une ou plusieurs couches d’un élément protecteur de type cotonneux.
  • Puis, un tissu appelé jersey est ajouté  afin d’éviter le contact direct avec la peau.
  • Un plâtre doit être moulé sur la zone anatomique afin de prévenir toute mobilité à l’intérieur du plâtre.

Recommandations

  • Toujours respecter le temps de séchage du plâtre : 24 à 48 heures pour un plâtre classique, 4 heures pour une résine (littérature médicale).
  • Maintenir le membre immobilisé par un plâtre surélevé, surtout au cours de la première journée et de la première nuit pendant le sommeil.
  • Il est possible d’utiliser un oreiller pour poser le membre supérieur ou des cales sous les pieds du lit pour les jambes par exemple.
  • Bouger les doigts et les orteils fréquemment.
  • Inspectez le plâtre pour vous assurer qu’il reste
  • Inspectez l’état du plâtre : S’il devient craquelé ou si des points mous se développent par endroit, ou s’il est cassé, il n’est plus efficace.
  • Si votre membre peut bouger facilement, descendre à l’intérieur du plâtre, sa fonction d’immobilisation n’est plus assurée, il n’est plus efficace. Le plâtre est devenu trop grand en raison de la diminution de l’œdème et de la fonte de vos muscles.
  • Ne pas introduire d’objet sous le plâtre, même si parfois l’on ressent une envie irrésistible de se gratter. Cela abîme le plâtre, et surtout la couverture de protection de la peau et cela peut casser le plâtre.
  • Il est généralement préconisé de ne pas mouiller le plâtre. Ce dernier va progressivement se ramollir et perdre son rôle de maintien du traumatisme. On peut recommander l’utilisation de protection en plastique, si cela est possible.
  • Il ne faut pas vernir ou recouvrir d’un enduit son plâtre, car cela modifie sa porosité et augmente les risques de macération.

Quelles sont les complications qui peuvent arriver ?

  • Impossibilité d’étendre les doigts et de remuer les orteils.
  • Apparition de douleurs vives du membre plâtré, avec des sensations anormales : fourmillements, crampes, mais surtout une diminution de la sensibilité.
  • Gonflement des doigts ou des orteils, avec sensation de strictions, d’étau, de « plâtre trop serré ».
  • Pâleur, ou à l’inverse la coloration bleutée des doigts ou des orteils (penser à retirer le vernis des ongles).
  • Refroidissement des doigts et des orteils, ou au contraire, l’augmentation de la chaleur.
  • Toute douleur au niveau de la poitrine et/ou une sensation de gêne respiratoire peut être le signe d’une éventuelle phlébite, avec embolie pulmonaire, ce qui est une urgence, et doit entraîner une consultation rapide, avec systématiquement une hospitalisation pour prise en charge.
  • Inspectez la peau autour du plâtre, vérifiez qu’elle ne soit pas blessée par les bords du plâtre.

Quelques conseils de marche avec des béquilles

  1. Bien régler la hauteur des cannes et ne pas hésiter à rembourrer les poignées
  2. Vérifier les antidérapants sous les cannes pour ne pas glisser et risquer un traumatisme supplémentaire

3.En cas de botte plâtrée :

    • Mettre les deux cannes au même niveau en avant (distance d’un pas)
    • Eviter de marcher sur le plâtre. Des talonnettes peuvent être positionnées dans certains cas pour permettre l’appui.
    • L’utilisation de béquilles est évidemment conseillée pour éviter l’appui au sol du membre plâtré.
    • Faire un mouvement de balancier avec la jambe plâtrée, genou plié, comme pour faire un pas, mais sans poser la jambe, sauter sur la bonne jambe avec un bon appui sur la canne.

4. En cas de plâtre sur toute la longueur de la jambe : Laissez la jambe plâtrée verticale et faire un mouvement de balancier avec le corps

  • Une règle importante est de se dire que tout événement anormal qui se produit alors que l’on est porteur d’un plâtre doit entraîner une consultation rapide chez un médecin pour éliminer un risque grave.

Comment se baigner avec un plâtre ?

C’est possible de se baigner avec un plâtre aux jambes ou aux bras si vous suivez l’une des méthodes suivantes afin de protéger votre plâtre :

1-Utiliser une protège plâtre

-Généralement, elle se présente sous la forme d’une longue manche faite d’un matériau imperméable. Disponible en différentes tailles qui s’adaptent aux différents types de plâtre pour jambe ou pour bras.

2-Utilisez une poche plastique : 

Il faut enfiler le plâtre dans un sac refermable sur le bras ou la jambe avec un élastique afin d’éviter tout contact avec l’eau. Mais il faut Assurer que la poche n’a pas de trous avant de se doucher.

3 -Gardez-le hors de l’eau :

Essayez de garder le plâtre hors de l’eau complètement même si protéger bien avec poche plastique car vous prenez toujours le risque de voir de l’eau couler dessus.

-Si vous êtes fracturé en bras, il est facile de le garder hors de l’eau. Vous pouvez simplement faire pendre votre bras au-dessus du bord de la baignoire tout en vous lavant le reste de votre corps. Mais si vous préférez la douche, essayez de tenir le plâtre éloigné de l’eau qui coule pendant que vous vous lavez.

4-Installez une chaise dans la douche :

Dans le cas ou la fracture est à la jambe, il faut s’asseoir pour prendre une douche. Vous pouvez utiliser une chaise de jardin