Print Friendly, PDF & Email

Qu’est-ce que la rhinite allergique ?

La rhinite allergique est la manifestation la plus courante de l’allergie respiratoire. Elle est principalement causée par les acariens, les pollens de graminées et les chats. Son traitement passe par des mesures d’éviction, un traitement médicamenteux et la désensibilisation.

La rhinite allergique est une inflammation des voies aériennes supérieures, qui survient lorsqu’une personne sensibilisée se trouve en présence d’un allergène. Elle concerne aujourd’hui 25% de la population.

On distingue deux types de rhinite allergique :

  • La rhinite dite persistante, présente tout au long de l’année, est due à des allergènes que l’on trouve en permanence dans l’environnement (acariens, poils d’animaux, moisissures) ;
  • La rhinite allergique saisonnière, liée surtout aux pollens des arbres, graminée et herbacés, se manifeste chaque année à la même saison.

Les symptômes de la rhinite allergique

Lorsqu’au printemps, un allergique au pollen entre dans un champ, sa réaction peut être immédiate et en général assez violente, caractéristique de la rhinite allergique saisonnière. Dr. Julien Cottet, médecin allergologue, précise les symptômes :

Éternuement;

Le nez se met à couler, il démange;

Le nez se bouche ;

Les yeux commencent à pleurer, on ressent une sensation de grain de sable dans les yeux;

La respiration devient difficile et sifflante, et la toux apparaît ;

Sensation d’oppression thoracique ;

La gorge peut démanger ;

Une irritabilité, une fatigue peuvent se faire ressentir.

Chez la moitié des allergiques au pollen, tous ces symptômes sont associés à une conjonctivite. Dans les cas les plus sévères, cette scène peut se terminer par une crise d’asthme.

Dans de rares cas, lors d’un contact direct avec la peau, des personnes très allergiques peuvent aussi développer une urticaire, associée à la rhinite. « L’eczéma ou l’urticaire de contact peut survenir chez un enfant qui joue dans l’herbe, car sa peau est au contact des pollens » prend exemple l’expert.

Concernant les acariens, la crise de rhinite allergique peut aussi se terminer par une crise d’asthme. Elle surviendra plus volontiers le matin, car les particules d’allergène étant de taille plus importante que les pollens, elles mettent plus longtemps à arriver dans les bronches, et la crise est décalée.

Rhinite allergique persistante : des symptômes latents

Pour une rhinite allergique persistante, les symptômes sont identiques, mais souvent présents à bas bruit: c’est le nez légèrement bouché toute l’année, qui coule un peu, et qui requiert la présence permanente d’un mouchoir dans la poche…

Ces signes peuvent toutefois être d’intensité variable, en fonction de l’allergène, de la quantité présente dans l’air, et du degré de sensibilisation de la personne. La rhinite déclenchée par une allergie aux poils d’animaux est par exemple souvent aussi explosive qu’une rhinite allergique saisonnière.

Les causes de la rhinite allergique : des calendriers différents

La rhinite allergique saisonnière, essentiellement liée aux pollens, n’apparaît généralement pas avant l’âge de 3-4 ans, et se déclenche réellement entre 6 et 12-15 ans. En général, cette rhinite allergique pollinique revient tous les ans à peu près à la même période, au début du printemps. Mais pour certains pollens comme le pollen de cyprès, il peut y avoir des variations d’une année sur l’autre, notamment en fonction de la météo. « Cela dépend aussi du type de pollens auquel on est allergique. Les allergies aux graminées surviennent vers avril jusqu’à juin, tandis que les allergies aux urticacées ont lieu vers août, septembre » précise Dr. Cottet, ajoutant que l’ allergie à l’ambroisie est plus fréquente dans la région Rhône-Alpes et survient à partir du mois d’août.

Pour la rhinite persistante, il n’y a pas vraiment d’âge déterminé: elle peut commencer à l’âge adulte, et même à la retraite ! Il suffit parfois d’un changement de domicile, d’environnement. En Scandinavie, en raison du climat froid et sec, les acariens sont quasiment inexistants, alors que les allergies aux chats et aux pollens de bouleau sont courantes.

Hérédité : avec 2 parents concernés, le risque d’être atteint est de 70 %

Les causes exactes de la rhinite allergique sont encore inconnues, mais il est clair que le facteur génétique joue énormément. En effet, un individu a plus de risques d’être sujet aux allergies respiratoires s’il existe des cas similaires dans sa famille (père, mère, frères, sœurs). Un individu dont les deux parents sont allergiques le sera lui-même dans 7 cas sur 10.

Ne pas confondre les rhinites allergiques avec d’autres affections

Pendant un rhume classique, le nez se bouche d’un côté puis de l’autre, brûle, et les sécrétions sont visqueuses. Chez un enfant, il est souvent plus difficile de faire la différence entre un rhume et une rhinite allergique; le signe caractéristique pour détecter une rhinite allergique est alors de regarder s’il se gratte le nez avec la paume ou avec les doigts. Car tout se résume à une petite phrase: le rhume fait mal au nez, alors que la rhinite allergique gratte.

Rhinite allergique ou sinusite

Lors d’une rhinite allergique, le nez est bouché, il coule plutôt vers l’avant et gratte furieusement.À l’inverse, un nez complètement bouché, avec des sécrétions qui vont vers la gorge, devra plutôt faire penser à une sinusite.

Différencier un rhume d’une rhinite

Il existe des signes distincts qui permettent de différencier un rhume d’une rhinite allergique. Les voici

Les complications de la rhinite allergique

Lorsque l’on reconnaît les symptômes d’une rhinite allergique, il ne faut pas les négliger, car une rhinite légère peut s’aggraver et conduire à une sinusite chronique. Chez les enfants, la rhinite allergique augmente le risque d’otite moyenne.

De nombreux traitements existent: parlez-en à un professionnel de santé, médecin ou pharmacien.

Il est notamment possible d’avoir recours à la désensibilisation. Le traitement repose sur l’administration régulière d’extraits d’allergènes pendant 3 à 5 ans. L’objectif est de rendre le malade tolérant à l’allergène. Ce traitement à prendre sous la langue permet de modifier durablement la réponse immunitaire. « Cela marche très bien et permet la diminution de l’asthme » explique Dr. Cottet.

Pour ce faire, l’allergologue prescrit des doses croissantes de l’allergène responsable, puis la même dose à intervalles réguliers. « L’idéal contre une allergie aux pollens est de commencer l’hiver, 4 mois avant l’arrivée des pollens, pendant 6 mois par an et trois saisons de suite », explique le médecin ajoutant que les premiers effets apparaissent dès la première année. savoir : l’immunothérapie allergénique s’applique particulièrement aux patients allergiques aux acariens, aux pollens, ou encore au venin d’hyménoptères.

Source: Dr. Julien Cottet. Médecin allergologue à Chartres, France (2021)