Accueil Revue de presse News Médical et Social
Actus

Imprimer

t inter

I- Introduction

inter01

 

L’infertilité est définie par l'incapacité pour un couple d'obtenir une grossesse après 24 mois de rapports normaux réguliers et non protégés. Souvent pour le Malagasy, dès qu’on parle d’infertilité, on accuse toujours le sexe féminin qui est la cause, alors que l’infertilité est d’origine masculine dans 20 % des cas.

II – Étiologies :

 1) Les infertilités obstructives :

-     Les anomalies congénitales : l’agénésie épididymo-déferentielle (agénésie d’une partie de l’épididyme et du déférent)

-    Les anomalies des canaux éjaculateurs sont plus rares comme les kystes mulleriens (reliquat embryonnaire).

 inter02-   Le syndrome de Young qui associe infertilité obstructive à des troubles cliniques des voies aériennes (bronchiectasie, sinusite chronique).

-       -  Les obstructions post infectieuses :

Surviennent à la suite d’infections génitales : urétrite à gonocoque, urétrite à chlamydias, prostatites, prostato- vésiculites.

- Les infections   urinaires récidivantes, surtout lorsqu’elles s’accompagnent d’orchi- épididymites sont également une cause d’obstruction post-infectieuse.

- Les infections spécifiques, surtout la tuberculose urogénitale et parfois la bilharziose peuvent

également être en cause.

- Les obstructions iatrogènes : Il s’agit surtout de lésions accidentelles du canal déférent lors de la chirurgie herniaire.

inter032)  Les troubles de la spermatogenèse :

  a) Les causes endocriniennes :

L'hypogonadisme hypogonadotrophique congénital : Le syndrome de Kallmann.

Les insuffisances hypothalamiques ou hypophysaires organiques : les tumeurs hypothalamiques, les adénomes hypophysaires, l'hémochromatose et la radiothérapie de la région hypothalamo-hypophysaire.

Les insuffisances gonadotropes fonctionnelles : Où il y a une inhibition de la sécrétion de gonadotrophine.

Déficits fonctionnels en androgènes : Où l’effet des androgènes sur les testicules est altéré.

b) Les causes testiculaires :

-  Les causes génétiques : Le syndrome de Klinefelter (47 XXY), les dysgénésies gonadiques mixtes (mosaïque 45X/46XY) et le syndrome du male XYY.

-  Les altérations autosomiques comme : Les anomalies du chromosome Y comme le micro délétions du chromosome Y. La cryptorchidie : correspondant à l’absence de descente d'un ou des deux testicules dans le scrotum ; la varicocèle : correspond à la dilatation des veines spermatiques avec un reflux.

-   Les lésions testiculaires : par infection virale (oreillons : orchite ourlienne), antécédent de torsion testiculaire plus rarement infections à d’autres germes, traumatismes etc.

-  L’exposition aux gonadotoxines :

   Les médicaments : cimétidine, sulfasalazine, stéroïdes anabolisants, nitrofurantoïne, phénytoïne, clonidine, colchicine, lithium etc...

La chimiothérapie anticancéreuse

Les radiations : radiothérapie anticancéreuse, exposition a polluants radioactifs.

Les produits chimiques : solvants organiques, pesticide, rejets de l’industrie du plastique. Les métaux lourds : fabrication des batteries, imprimerie.

L’exposition à la chaleur : soudeur, boulanger. L’alcool, cannabis.

 

c) Les altérations extrinsèques des spermatozoïdes :

-   Les infections du tractus génital masculin : en dehors de l’obstruction séquellaire, l’inflammation du tractus génital entraine aussi une diminution de la mobilité des spermatozoïdes (asthénospermie) et une diminution de leur pouvoir fécondant. L’inflammation peut aussi entrainer la mort des spermatozoïdes (nécrospermie).

-  L'auto-immunisation anti-spermatozoïde : Il s’agit d’une anomalie de physiopathologie mal connue où il y a production d'autoanticorps (contre les spermatozoïdes).

 

inter043) Les troubles de l'éjaculation

Anéjaculation, c’est l’absence d’éjaculation. Les causes en sont multiples : lésions neurologiques (lésion moelle épinière, neuropathies, chirurgie aortique, curage para-aortique.), causes psychogènes, médicaments (neuroleptiques).

Éjaculation rétrograde : L’éjaculat passe dans la vessie et se mélange aux urines.

III- Conclusion :

L’infertilité a également des causes masculines mais non seulement féminine. L’infertilité est un problème de couple ; son investigation doit se faire pour le couple concerné.

 

 

RAMANOARAY Andrianina

(médecin traitant OSTIE Mahalavolona)

 

 

 

 

Imprimer

t gas01

gas02

La gastro-entérite, est une inflammation de la paroi de l’estomac et de l’intestin, qui provoque de la diarrhée et des vomissements.

Elle peut être causée par un virus, une bactérie ou un parasite. Le norovirus est le virus qui cause le plus souvent la gastro-entérite chez les adultes. Chez l’enfant, c’est le rotavirus qui est plus souvent impliqué. Ces virus circulent principalement en automne et en hiver. D’autres virus et bactéries peuvent transmettre la gastro-entérite, notamment chez les personnes qui voyagent à l’étranger.

La gastro-entérite est très contagieuse. Vous pouvez éviter de la transmettre et de l’attraper en adoptant des mesures d’hygiènes simples, comme se laver les mains.

Symptômes

Les principaux symptômes de la gastro-entérite sont les suivants :

pt1diarrhée : au moins 3 selles liquides ou semi-liquides par période de 24 heures ou selles plus abondantes et plus fréquentes que d’habitude;

pt1

crampes abdominales;

pt1

nausées;

pt1

vomissements.

 D’autres symptômes peuvent aussi parfois apparaître :

pt1

fièvre légère;

pt1

mal de tête;

pt1

douleurs musculaires.

Les symptômes de la gastro-entérite durent habituellement de 24 à 72 heures. Ils peuvent toutefois durer jusqu’à 10 jours si la gastro-entérite a débuté pendant un voyage à l’étranger ou au retour du voyage.

Une personne atteinte de gastro-entérite est généralement contagieuse en présence de symptômes et surtout au moment où ses symptômes sont les plus intenses. Elle peut demeurer contagieuse quelques semaines après la disparition des symptômes.

Si vous avez les symptômes de la gastro-entérite, il est important que vous restiez à la maison pour vous soigner et éviter de transmettre la maladie à d’autres personnes, et ce, jusqu’à la disparition des symptômes. 

Quand consulter

La gastro-entérite n’est généralement pas grave. La plupart des personnes se soignent à la maison et guérissent d’elles-mêmes, sans prendre de médicaments.

Les personnes qui risquent de présenter des complications devraient se faire consulter par un médecin de l’OSTIE si vous-même ou votre enfant êtes dans l’une des situations suivantes :

pt1

Vous avez de la diarrhée et vos selles sont fréquentes et abondantes ou elles contiennent un peu de sang ;

pt1

Vous êtes incapable de boire ou de garder les liquides que vous avez bus ;

pt1

Votre diarrhée a débuté pendant un voyage à l’étranger ou à votre retour de voyage ;

ppt Vous ne savez pas si vous devez consulter un médecin.

Consultez un médecin le jour même

Vous devez consulter un médecin le jour même si vous-même ou votre enfant êtes dans l’une des situations suivantes :

pt1

vous avez de la diarrhée et celle-ci n’a pas diminué après 48 heures même si vous avez suivi les consignes pour se réhydrater et s’alimenter pendant une gastro-entérite;

pt1

vous avez de la diarrhée et de la fièvre (plus de 38 ºC) qui persistent depuis plus de 48 heures;

pt1

vous avez des vomissements depuis plus de 48 heures et ceux-ci n’ont pas diminué même si vous avez suivi les consignes pour vous réhydrater et vous alimenter pendant une gastro-entérite;

pt1

vous avez de la diarrhée qui dure depuis plus de 1 semaine. Toutefois, si votre diarrhée a débuté pendant un voyage à l’étranger ou à votre retour de voyage, elle pourrait durer plus d’une semaine.

gas03Allez immédiatement au dispensaire OSTIE de garde le plus proche

Vous devez vous rendre immédiatement à l’urgence si vous-même ou votre enfant êtes dans l’une des situations suivantes :

pt1

vous avez beaucoup de sang dans vos selles ou vos selles sont noires;

pt1

vous avez de la diarrhée avec une forte douleur abdominale;

pt1

vous avez de la diarrhée, une forte soif, vous n’avez pas uriné depuis plus de 12 heures;

pt1

vous avez des vomissements fréquents qui ne diminuent pas après 4 à 6 heures;

pt1

il y a des selles ou du sang (de couleur rouge ou ayant l’apparence du café moulu) dans vos vomissements;

pt1

votre état général se détériore (faiblesse, somnolence, irritabilité, confusion).

Transmission

La gastro-entérite est une maladie contagieuse. Une personne infectée peut transmettre la maladie tant qu’elle a des symptômes et même jusqu’à 2 semaines après leur disparition. Elle peut demeurer contagieuse quelques semaines après la disparition des symptômes.

La gastro-entérite peut se transmettre :                   

pt1

en consommant de l’eau ou des aliments contaminés;

pt1

par contact direct avec une personne infectée, par exemple en l’embrassant ou en lui serrant la main, si ses mains sont contaminées par des microbes contenus dans les selles;

pt1

par contact indirect avec des personnes ou des objets contaminés :

pt1en mangeant des aliments qui ont été contaminés par les manipulations d’une personne infectée;

pt1

en touchant des surfaces ou des objets qui ont été touchés ou manipulés par une personne infectée (par exemple : poignées de porte, ustensiles, vêtements, jouets);

pt1

en touchant des surfaces ou des objets contaminés par des selles ou des vomissements;

pt1

en respirant des gouttelettes projetées dans l’air, par exemple par les vomissements.

Traitements

Se réhydrater et bien s’alimenter sont les deux principales façons de traiter la gastro-entérite.

Complications

La principale complication de la gastro-entérite est la déshydratation. Elle se produit lorsque le corps élimine une trop grande quantité d’eau et de sels minéraux, qui sont essentiels au bon fonctionnement de l’organisme.

Personnes qui risquent de présenter des complications

Certaines personnes ont plus de risques de présenter des complications. Ce sont :

pt1

les enfants de moins de 2 ans;

pt1

les personnes âgées de 65 ans et plus;

pt1

les femmes enceintes;

pt1

les personnes atteintes d’une maladie chronique comme le diabète;                  

Protection et prévention

gas04

 Adoptez des mesures d’hygiène simples

Vous pouvez vous protéger de la gastro-entérite et éviter de la transmettre en adoptant des mesures d’hygiène simples :

pt1

Lavez-vous souvent les mains :

pt1

avant, pendant et après la préparation des repas,

pt1

avant de manger,

pt1

avant d’allaiter ou de nourrir un enfant,

pt1

après être allé aux toilettes ou avoir aidé un enfant à y aller,

pt1

après avoir changé la couche d’un enfant.

pt1

Désinfectez le siège des toilettes et les surfaces ou les objets qui pourraient être contaminés par des selles ou des vomissements.

pt1

Mettez des couches aux jeunes enfants, afin de prévenir les fuites.

pt1

Préparez et nettoyez les biberons dans les meilleures conditions de propreté possibles.

S'alimenter pendant une gastro-entérite

Pendant une gastro-entérite, il est important de vous alimenter le plus normalement possible. En effet, le fait de manger aide la paroi de l’intestin à guérir rapidement et permet au corps de reprendre des forces. Au contraire, ne pas manger prolonge la diarrhée.

Vous pouvez commencer par prendre de petites quantités d’aliments. Par la suite, augmentez graduellement les quantités, selon votre appétit et l’amélioration de votre état.

Assurez-vous aussi de bien vous réhydrater en buvant de l’eau ou une solution de réhydratation (ODIVA) de préférence, surtout si vous ne pouvez pas manger. Si votre enfant est allaité ou nourri au biberon, il peut boire son lait habituel, sans le diluer. Offrez-le plus souvent, en petite quantité.

gas05Aliments à privilégier

pt1

les pâtes alimentaires;

pt1

le riz;

pt1

les viandes maigres préparées avec peu de matières grasses;

pt1

le poisson cuit avec peu de matières grasses;

pt1

les œufs;

pt1

les fruits frais ou en conserve dans leur jus;       

pt1

les légumes cuits;

pt1

les céréales non sucrées;

pt1

le pain.

Si vous les tolérez bien, vous pouvez aussi consommer :

pt1

du yaourt maigre;

pt1

du fromage à teneur réduite en gras.

gas06Aliments et boissons à eviter

pt1

les jus de fruits qui contiennent beaucoup de sucre et les boissons aux fruits;

pt1

les boissons gazeuses,

pt1

les boissons contenant de la caféine;

pt1

les bouillons et soupes en sachet ou en conserve;

pt1

les aliments frits ou très gras (pommes de terre frites, charcuteries, pâtisseries);

pt1

la crème glacée, les sorbets, les sucettes glacées;

pt1

les fruits séchés, les fruits en conserve dans un sirop;

pt1

les céréales sucrées;

pt1

les bonbons, le chocolat;

pt1

les aliments très épicés.

 

Faire baisser la fièvre

Désencombrez le nez

Lutter contre les écoulements
 

Imprimer

WORLD HEALTH ORGANIZATION(WHO)

PREVENTION AND CONTROL MEASURES FOR STRUGGLING AGAINST THE PLAGUE

  1. PREVENTION AND CONTROL MEASURES
  2. Preventive measures include informing people when zoonotic plague is present in their environment and advising them to take precautions against flea bites and not to handle animal carcasses. The most rapid and effective method for controlling fleas is to apply an appropriate insecticide formulated as a dust or low-volume spray. People, especially health workers, should also avoid direct contact with infected tissues such as buboes, or close exposure to patients with pneumonic plague.

    Important prevention and control measures are primarily intended to reduce human transmission and avoid increase in epidemic. These include:

    • Advising the public to take all necessary precautions against flea bites and to not pick up or touch dead animals
    • Implementing measures to control rodents hosts of Yersinia pestis (plague bacillus), especially rats
    • Avoiding direct contact with infected tissues such as buboes, or close exposure to patients with pneumonic plague
    • Early presentation to health care - go to the closest health center in the event of suspicious symptoms
    • Health workers and people who are in direct contact with pneumonic plague patients must wear personal protective equipment
    • Health workers should receive a chemoprophylaxis with antibiotics as long as they are exposed
    • Safe management and burial of deceased cases
  3. TREATMENT

Rapid diagnosis and treatment is essential to reduce complications and fatality. Effective treatment methods enable plague patients to be cured, if diagnosed in time. These methods include the administration of antibiotics as Aminoglycosides, Fluoroquinolones, Sulfonamides and supportive therapy.

 
 

Imprimer

L'OSTIE 24 AMBOHIMANARINA

L’OSTIE 24 est un service médical d'urgence, implanté au sein même du Dispensaire d’Ambohimanarina. On y reçoit des consultations médicales usuelles et des consultations «URGENTES» surtout en dehors des heures d’ouverture du Dispensaire.

Ce Service assure des prestations 24h/ 24, et 7j/7. Il est rattaché directement à la Direction Technique et est assuré par:

  • Un Médecin Responsable (Urgentiste),
  • Deux Médecins Urgentistes,
  • Deux Médecins pour renfort (Prestataires)
  • Trois Personnels paramédicaux,
  • Trois Personnels paramédicaux pour renfort,
  • Deux Chauffeurs ambulanciers,
  • Un Agent de surface.

Chaque équipe de garde est assurée par un Médecin (avec renfort les weekends), un Paramédical, un Chauffeur ambulancier et un Agent de surface.

actus1

Salle de consultation OSTIE 24

salle de surveillance

Salle de surveillance de l’OSTIE 24

salle de pharmacie

Pharmacie de l’OSTIE 24

La prise en charge

L'accès est autorisé à tout Travailleur Affilié à l'Ostie, ainsi que les membres de sa famille.

La présentation de la carte d'Affilié est demandée, mais le cas échéant, la carte d'identité nationale, ou l'Affiliation et le numéro de matricule du Travailleur est indispensable.

Qu'entend-on par URGENCE MEDICALE ?

Une urgence est "toute circonstance qui, par sa survenue ou sa découverte, introduit ou laisse supposer un risque fonctionnel ou vital si une action médicale n'est pas prise immédiatement. L'appréciation de l'urgence est instantanée et appartient autant à la victime qu'au soignant".

En pratique, la notion d'urgence se définit par tout ce qui est à l'origine d'une situation clinique imprévue (douleur aigüe, malaise, traumatisme, détresse médicale, sociale ou psychologique)

L'Ostie 24 dispose en permanence d'une ambulance médicalisée, permettant d'évacuer les patients vers les Centres Hospitaliers après avoir reçu les premiers soins et/ou traitements pré-transferts.

La Médecine d'urgence, c'est être utile: aider, avoir du sens, compter, tenir debout

OSTIE 24

Contact: 032 03 029 48

 

Imprimer

L'eau et la santé

L'eau est le deuxième besoin vital de l’homme après l’oxygène. L’importante teneur en eau du corps humain fait qu’un individu, avec une activité normale et sans apport d’eau pourra survivre entre 2 à 3 jours.

Eau

L’eau, présente à 60 à 65% chez l’humain, est essentielle à la vie. Il faut en consommer régulièrement pour demeurer en bonne santé.

L’eau représente 85% de notre cerveau, 83% de notre sang, 70% de nos muscles, 22% de nos os, 2% de l’émail de dents.

Eau

Chez l’enfant, et surtout le nourrisson, les besoins en eau sont proportionnellement 3 à 5 fois plus importants que chez l’adulte.

L’eau s’enrichit en sels minéraux et en oligo-éléments sur son parcours naturel, au contact du sol et des roches. C’est un produit vivant dont la composition varie selon son origine. L’eau du robinet contient des sels minéraux et des oligo-éléments comme le fer, le cuivre et le zinc, dont notre organisme a besoin. Une eau riche en calcaire apporte un complément en calcium et en magnésium indispensables à la santé. Le fluor est l’un des oligo-éléments contenus dans l’eau (0,2 mg de fluor par litre). Il contribue à la prévention des caries dentaires.

Lorsqu’elle est de mauvaise qualité, l’eau peut provoquer des maladies. Cette mauvaise qualité peut être due à une pollution d’origine microbiologique (présence de parasites, bactéries et/ou virus) ou une pollution d’origine chimique.

Notre organisme a donc besoin d’un apport régulier en eau pour pallier en temps réel les pertes provoquées par son activité. Il ne tolère pas plus de 3 % de déficit. Au-delà, des troubles de santé peuvent apparaître.

L’eau a plusieurs rôles :

  • maintient la température corporelle autour de 37°C;
  • assure la suffisance du volume du sang et du liquide lymphatique dans le corps;
  • sert de lubrifiant pour le fonctionnement des articulations et des yeux;
  • nettoie le corps et élimine les déchets et les toxines;
  • hydrate la peau;
  • permet au cerveau de bien fonctionner;
  • facilite la digestion et le transit intestinal;
  • boire un grand verre d’eau procure une sensation d’estomac plein, par conséquent peut être efficace pour calmer l’envie de grignoter.

Être bien hydraté est primordial pour la santé. Lorsqu’on vieillit, il faut particulièrement veiller à ne pas se déshydrater. En effet, la sensation de soif diminue, la consommation de certains médicaments comme les diurétiques et laxatifs augmente les pertes d’eau. Les signes d’une légère déshydratation sont : fatigue, maux de tête, difficulté à se concentrer, peau sèche, constipation, crampes musculaires.

La consommation quotidienne pour une personne adulte est de 1,5 à 2 litres d’eau par jour. Cependant chaque personne possède des besoins en eau selon la taille, le climat où elle vit, les activités quotidiennes.

Voici quelques trucs pour ceux qui ont de la difficulté à combler le besoin en eau :

  • consommer des fruits et légumes crus (composé à 80% d’eau);
  • bouillon et infusion facilitent la digestion et le sommeil;
  • ne pas attendre d’avoir une sensation de soif;
  • avoir une bouteille d’eau à portée de la main;
  • boire l’eau fraîche plutôt que glacée;
  • remplacer les boissons rafraichissantes artificielles (coca, jus en boite…) par l’eau minérale ou de l’eau gazeuse non sucrée.

Se laver les mains, une mesure d’hygiène à ne pas négliger

Se laver les mains, l’un des gestes d’hygiène les plus élémentaires, est de plus en plus négligé. Ainsi, 80 % des clients de fast-food mangent avec les doigts sans s’être au préalable lavé les mains. Pourtant, une mauvaise hygiène des mains peut entraîner des troubles digestifs et des infections respiratoires.

L’eau qui soigne :

Le thermalisme peut avoir des effets très positifs pour le système digestif, les voies respiratoires, les rhumatismes, les affections cardio-vasculaires... Les eaux thermales peuvent également exercer une action anti-infectieuse et anti-inflammatoire. Le thermalisme est particulièrement adapté dans la prise en charge de maladies chroniques où malgré un traitement adapté (médicaments), subsistent des symptômes et douleurs qui gênent la vie quotidienne des malades. Il peut ainsi offrir des soins palliatifs susceptibles de diminuer les symptômes et en particulier la douleur. La thalassothérapie, créée à la fin du XIXe siècle, s’appuie sur l’utilisation à des fins thérapeutiques de produits physiologiques de l’eau de mer

L’eau est l’élixir de vie par excellence! C’est aussi l’Or bleu, une ressource à protéger pour l’avenir de tout être vivant!

 
 

Page 1 de 12

Revue de presse

presse

OSTIE garde

Informations

IL EST A NOTER QUE

L’OSTIE garantit l’uniformité des services offerts aux Adhérents et aux Affiliés, à travers d’une gamme de prestations fournies gratuitement auprès de ses neuf (09) Dispensaires et de ses trentaines d’Antennes.

Lire la suite

Templates Joomla 1.5