Imprimer

LE DIABETE

D’après l’Organisation Mondiale de la Santé, la prévalence du diabète est en augmentation (près de 122 %) dans tous les continents, mais plus particulièrement dans les pays en voie de développement (170 %) ; actuellement on compte entre 175 et 200 millions de diabétiques dans le monde, un doublement de la population diabétique est prévu en 2025 pour se situer à 350 millions. Le diabète constitue un grand problème de santé publique.

Le diabète sucré se définit comme un état d’hyperglycémie chronique relevant de facteurs génétiques et exogènes agissant conjointement. En effet, le diabète est une maladie chronique qui apparait lorsque le pancréas ne produit pas assez d’insuline ou que l’organisme n’utilise pas correctement l’insuline qu’il produit.

L’insuline est une hormone qui régule la concentration élevée de sucre dans le sang. L’hyperglycémie ou concentration sanguine élevée de sucre, est un effet fréquent du diabète non contrôlé qui conduit avec le temps à des atteintes graves de nombreux systèmes organiques et plus particulièrement des nerfs et des vaisseaux sanguins.

Le diagnostic du diabète est avéré lorsqu’un patient a :

  • une glycémie à jeun égale ou supérieure à 1,26 g/L ou 7mmol/l à deux reprises,
  • ou égale ou supérieure à 2 g/L ou 11,1 mmol/l à n’importe quel moment de la journée.

Les différents types de diabète se distinguent par leur mécanisme et âge d’apparition.

Il y a 4 catégories de diabète :

  • Le diabète insulino-dépendant (DID) ou diabète de type 1
  • Le diabète non insulino-dépendant (DNID) ou diabète de type 2
  • Les autres types spécifiques de diabète
  • Le diabète gestationnel

Comme facteurs de risque, on distingue les facteurs spécifiques comme l’hérédité, l’hyperglycémie modérée à jeun, l’intolérance au glucose et les situations particulières chez la femme comme la macrosomie fœtale et les avortements répétés.

L’obésité liée à l’état nutritionnel est le facteur principal de l’insulino-résistance. La Sédentarité est aussi un autre facteur non négligeable dans cette insulino-résistance.

Le diabète, s’il est mal contrôlé, peut entrainer de nombreuses complications: rétinopathie, cardiopathie, néphropathie, neuropathie périphérique, maladies vasculaires périphériques. Cela peut conduire à de lourdes pathologies (insuffisance rénale, cécité, amputation des membres...) et au décès.

Le diabète est considéré comme l’une des maladies chroniques exigeant un comportement psychologique et nécessite de fréquentes auto-surveillances de la glycémie, des modifications diététiques, de l’exercice physique et l’administration de médicament. Les objectifs du traitement sont :

  • La normalisation de la glycémie et du poids
  • La prévention des complications
  • Le traitement des complications
  • La prise en charge des facteurs de risques associés
  • D’assurer une bonne qualité de vie

Comme moyens pharmacologiques, on distingue la diététique et l’exercice physique.

La diététique doit être personnalisée, équilibrée, être régulière et répartie dans la journée, contenir des fibres alimentaires et composée de :

  • à 55 % de glucides
  • 15 à 20 % de protides
  • 30 à 35 % de lipides
  • Apport hydrique : 1500 à 2500 ml/j

Eviter la prise d’alcool et de boisson sucrée.

Pour l’exercice physique, Il s’agit d’un exercice physique régulier comme la marche 30 à 45 minutes par séance, au moins 3 à 5 séances par semaines. Il doit être individualisé en fonction de l’âge, du choix, de l’état cardiovasculaire, des complications existantes.

Le traitement de diabète type 1 relève de la prise d’insuline à vie. Pour le diabète type 2, on utilise des médicaments associés aux régimes.

Un dosage de la glycémie doit être effectué systématique à partir de l’âge de 45 ans et à partir de 35 ans chez les sujets à risque.

diabte

Templates Joomla 1.5