Imprimer

BRULURES CHIMIQUES DE L'OEIL

Le traumatisme par brûlure chimique de l’œil est un problème relativement fréquent qui peut varier selon sa sévérité : de quelques irritations jusqu’ à une destruction complète de la surface du globe oculaire.

L’agent causal peut être liquide, solide, poudre, vapeur, mousse… qu'on peut trouver dans les produits domestiques courants tel que détergents, désinfectants, solvants, produits cosmétiques, ammoniaques, produits blanchisseurs… engrais, pesticides…

La sévérité des lésions dépend des caractéristiques de l’agent causal: pH, volume, durée de contact. Les lésions plus sévères surviennent avec l'agent alcalin.

BRULURES ALCALINES

Causées par les produits alcalins puissants, les brûlures se manifestent par une augmentation du pH du tissu et entrainent une saponification d’acide gras de la membrane cellulaire et sa destruction.

Une fois la surface de l’épithélium endommagée, la solution alcaline pénètre le stroma cornéen ou elle détruit le protéoglycane (substance fondamentale) et les fibres collagènes du stroma.

Le produit alcalin puissant peut pénétrer jusqu’à la chambre antérieure et entrainer des inflammations sévères.

Le pronostic visuel est déterminé par l’extension des lésions, et la présence d’un certain degré d’atteinte des paupières. Il est plus sombre par la pénétration intra oculaire du produit causal et en présence de lésions limbiques extensives.

La pénétration intra- oculaire est accompagnée de formation de cataracte et de glaucome secondaires et dans le cas encore plus sévère, une atrophie du globe oculaire peut survenir

BRULURE ACIDE

L’acide dénature et précipite les protéines dans le tissu mais entraine des lésions moins sévères que celles de la solution alcaline.

La solution acide n’entraine pas directement une perte de substance fondamentale mais elle provoque aussi des inflammations sévères.

Elle pénètre moins lentement le tissu oculaire que la solution alcaline.

yeux

PRISE EN CHARGE DES BRULURES CHIMIQUES DE L'OEIL

Le plus important c’est l’irrigation abondante et immédiate (avec de l’eau propre ou du sérum salé physiologique)

L’irrigation est commencée sur le lieu même de l’accident et doit être continuée jusqu’ à ce que le patient soit vu par un ophtalmologiste.

L’irrigation doit être continuée jusqu’ à la normalisation du Ph du cul-de-sac conjonctival (peut être mesurée facilement avec une bandelette de ph urinaire).

Si le pH-mètre n’est pas disponible: il vaut mieux trop irriguer qu’irriguer insuffisamment.

Les particules chimiques toxiques libérées doivent être enlevées à l’aide de coton tige.

L'éversion de la paupière supérieure doit être réalisée pour rechercher les éventuelles particules dans le cul-de- sac conjonctival supérieur.

La suite du traitement est réservée au Centre spécialisé en Ophtalmologie.

Templates Joomla 1.5