Imprimer

L’allaitement consiste à donner le sein à l’enfant.

I- Les principes de base de l’allaitement :

  1. Faire téter l'enfant le plus tôt possible (le réflexe de succion est maximum dans les deux premières heures de la vie).
  2. Proposer des tétées à la demande, en offrant si possible les 2 seins à chaque tétée.
  3. Plus bébé tète, plus il y aura de lait : la sécrétion lactée obéit à la loi de "l'offre et de la demande".
  4. Allaitement exclusif jusqu’au 6ème mois (si possible) ; éviter de donner autre chose à l'enfant que le lait maternel. Ni eau sucrée, ni biberon de lait artificiel.
  5. Trouver une installation respectant le confort maternel et la bonne position de l'enfant pendant l'allaitement (bébé face au sein, corps et tête bien alignés).
  6. Aménager un environnement propice et favorable à l'allaitement (au calme, dans un fauteuil, à l'abri du bruit).
    Faire téter l’enfant à la demande.

II- Avantages de l’allaitement :

Protection contre les infections. Le lait maternel présente de nombreux avantages. Sans oublier le lien privilégié que l'allaitement crée entre la mère et l'enfant.

Pour l’enfant

  • L’allaitement protège l’enfant contre les diarrhées, les infections respiratoires et les otites. Un effet sur la mort subite est aussi actuellement débattu ;
  • L’allaitement pourrait également jouer un rôle dans la protection contre le diabète, l’obésité, les caries, les malocclusions et la sclérose en plaques ;
  • Un effet bénéfique est observé sur l’acuité visuelle des prématurés. Les causes en sont imprécises mais différentes théories tentent d'expliquer ces constatations mettant au premier plan des mécanismes immunologiques, le taux de cholestérol, le rapport zinc/cuivre, etc.

Depuis longtemps, on sait que les enfants nourris au sein sont plus résistants aux infections (gastro-entérites, otites, etc.) que les autres. Plusieurs dispositifs immunologiques et non immunologiques s'opposent à la prolifération microbienne dans le lait maternel. Les immunoglobulines sont des protéines douées d'une activité anti-infectieuse : on a identifié dans le lait de femme un grand nombre d'anticorps spécifiques (immunoglobulines sécrétoires de type IgA, IgG et IgM) palliant leur absence transitoire au niveau des cellules intestinales du nouveau-né et du nourrisson. Ces anticorps sont dirigés contre les staphylocoques, les streptocoques, les pneumocoques, etc. Ils sont en rapport évidemment avec les infections contre lesquelles la mère a été vaccinée (polio, tétanos...) ou s'est spontanément immunisé.

Pour la mère

  • Une durée d’allaitement de douze mois (dans la vie) réduit de 30 % de risque de cancer du sein durant la pré ménopause (représentant le quart des cancers du sein) ;
  • Allaiter pendant au moins deux mois réduit de 25 % le risque de souffrir d’un cancer des ovaires.

III- Technique allaitement :


Avant d'allaiter, il faut connaître quelques techniques de base. Comment tenir le bébé ? Comment préparer les mamelons pour éviter douleurs et crevasses ?

La préparation des seins avant l’accouchementalt

Elle n’est pas indispensable et une bonne hygiène quotidienne suffit. Ils ne sont plus exposés ni à l'air ni au soleil et ne supportent plus le frottement contre les vêtements. La peau des mamelons des femmes contemporaines, fine, tendre et délicate, peut être préparée pendant les trois derniers mois de la grossesse.
" Il est important d'éviter tout ce qui est susceptible de dessécher la peau, car une peau sèche ouvre la porte à la crevasse. (...) Après votre toilette, frottez doucement chaque mamelon avec une serviette éponge. Pour faire ressortir le mamelon, placez le pouce et l'index de part et d'autre à la base du mamelon et pressez doucement ensemble. Ensuite, en tenant le mamelon, tirez-le lentement et doucement, tirez-le vers le haut et vers le bas. Effectuez cet exercice à plusieurs reprises avec chaque mamelon, mais seulement jusqu'à ce que cela devienne légèrement inconfortable, jamais au point de devenir douloureux (...) Essayez de ne pas porter de soutien-gorge pendant une partie de la journée.

La bonne position pour allaiter

Elle est primordiale pour éviter les douleurs, les crevasses et la plupart des problèmes liés à l'allaitement.
La bonne position d'un bébé au sein peut se résumer ainsi :alt

  • Corps face à celui de sa mère, nombril posé contre elle ;
  • Visage face au sein et bouche dans l'axe des canaux, donc du téton ;
  • Menton collé au sein.

De multiples positions (sur 360 °) correspondent à ces critères, selon les positions de la mère.
L'hygiène de vie doit être simple : marche à pied, sommeil de 8 à 10 heures avec une sieste l'après-midi. Les relations sexuelles sont bien entendu tout à fait possibles mais contrairement aux idées reçues, des mesures anticonceptionnelles sont nécessaires. Attention à la pilule qui entraîne des baisses de lait. L’allaitement constitue une méthode contraceptive naturelle (MAMA).

La mise au sein doit être précoce

Il existe un véritable tropisme du nouveau-né pour le sein de la mère à condition que l'enfant soit mis dans une position adéquate. L'odorat du nouveau-né joue un rôle capital dans l'identification du sein. C'est pendant les premières heures de la vie que le réflexe de succion est à son maximum. Le nouveau-né "sait" téter jusqu'à la 6ème heure de vie, puis ce réflexe disparaît progressivement pour ne réapparaître que vers la 48ème heure. Lorsqu'elles sont trop tardives, les premières mises au sein sont difficiles et pénibles, expliquant de nombreux abandons. La succion précoce provoque chez la mère l'installation rapide de la lactation par stimulation neuro-hormonale et fait profiter le nouveau-né du colostrum.

Les trois règles d'or de l'allaitement :

  • Eviter la séparation mère enfant ;
  • Adopter une bonne position d'allaitement ;
  • Eviter le biberon de complément et la sucette

//
Templates Joomla 1.5